En attendant le congrès...

Publié le par Albocicade

Entre les "ministères" successifs qui lui sont consacrés, les "Grenelle de l'environnement" et les recherches sur le développement durable, l'écologie est à la mode.

Et pas seulement au niveau politique ou macro-économique.

L'engouement médiatique, formant caisse de résonance, témoigne d'une unanimité, voire d'une uniformité qui peut laisser sceptique. N'y aurait-il pas là quelque "village de Potemkine" masquant d'autres problèmes ? Ce ne serait pas la première fois qu'un thème politiquement correct serait instrumentalisé à des fins de dérivation de l'attention.

Et pourtant, même si l'on est en droit de s'interroger sur l'authenticité de la préoccupation de certains acteurs du débat, il ne faudrait pas se laisser prendre au piège du scepticisme : la nécessité écologique est réelle.

Il n'y a guère plus d'un siècle que l'impact de l'activité humaine met gravement en danger la vie (voire la survie) sur notre terre.

Auparavant, les urgences étaient autres. Qu'il s'agisse de s'occuper des plus pauvres, de procurer des soins, ou de prendre la défense des accusés, les chrétiens, et à leur têtes leurs évêques se sont montrés des pionniers.

Aujourd'hui, tandis que ces problèmes sont de plus en plus pris en charge par des sociétés sécularisées (mais qui - même si elles s'en défendent parfois - ont puisé leurs lois dans l'Evangile et la Tradition de l'Eglise), la crise écologique mondiale se fait un des périls les plus graves de notre temps.

Lorsque la société laissait sans soin les indigents, quelques grands évêques (St Basile, St Jean Chrysostome...) créèrent les premiers hôpitaux.

Aujourd'hui, (et même si les problèmes anciens restent d'actualité) alors que la planète est malade de notre activité industrielle, serions-nous déchargés des soins à lui prodiguer ?

C'était des humains, créatures à l'image de Dieu, qui souffraient.

Aujourd'hui, n'avons nous pas à prendre aussi fait et cause pour cette autre partie de la Création : la terre ?

Et au fait... quel congrès ? Celui-là...


Publié dans Ecologie - théologie

Commenter cet article