Les huit tons du Dimanche

Publié le par Albocicade

 
On vante généralement la beauté des chants liturgiques orthodoxes.
Cependant, il faut savoir que le chant liturgique byzantin obéit à des règles spécifiques, ou, pour le dire autrement, qu'on ne propose pas, durant la liturgie, tel ou tel cantique même s'il nous plait particulièrement.
Chaque chant est prévu, et doit être chanté sur une mélodie idoine.
Idoine ais-je dit… car en fait il y a huit séries de mélodies, les "huit tons" qui se succèdent de dimanche en dimanche.
Encore faut-il connaître chacun de ces "huit tons" (chaque ton comportant plusieurs mélodies, selon les morceaux chantés…), et ce dans sa voix.
Il y a quelques années, ayant eu des velléités de chanter dans le choeur de ma paroisse, j'avais demandé à notre nouveau (et éphémère) chef de chœur s'il ne serait pas possible d'enregistrer chaque ton "voix par voix", afin de pouvoir répéter et s'en imprégner.
L'homme de l'art, après m'avoir expliqué que "cela ne servirait à rien", et que (même s'il ne l'a pas dit ainsi) ma question était un peu stupide, m'a renvoyé à mes chères études.
J'en suis resté là, tentant maladroitement de mêler ma voix au chœur lors des liturgies (puisqu'il est compliqué de participer aux répétitions, lorsqu'on est à plusieurs heures de routes), et les années ont passé.
Et puis, dernièrement, j'apprend qu'un chœur d'orthodoxes de tradition russe a enregistré l'ensemble des "huit tons" en français à quatre voix et "voix par voix" et les a mis sur un site internet. Un travail énorme, magnifique, disponible à écouter, à télécharger…
De quoi répéter chez soi, dans la voiture ou la montagne les mélodies et s'en imprégner, pour pouvoir, lors de la liturgie chanter et prier les paroles de la fête du jour (qui ne sont pas nécessairement celles utilisées pour répéter !) sans trébucher sur la mélodie.
 
J'en ai rêvé… ils l'ont fait
 
Merci !
 
 

Publié dans Cigale en prière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article