Caniculesque

Publié le par Albocicade

Ces derniers jours, il a fait une chaleur terrible, éprouvante, épouvantable. Un temps à s'imposer des pauses pour boire toutes les heures afin d'éviter de tourner de l'œil ; un temps à attendre qu'il fasse nuit pour enfin perdre la bonne quinzaine de degrés excédentaires, respirer, se reposer et espérer dormir.
Bon, quand je parle de  "repos" ou de "dormir"… il ne s'agit pas précisément du "sommeil de la mort".
Quoiqu'en fait, il y a un lien quelque peu inattendu à cette chaleur étouffante.
Lors des funérailles, on prie pour le "repos" du défunt[1], en demandant :
Dieu des esprits et de toute chair, qui as triomphé de la mort et terrassé le Diable
pour donner la vie au monde,  accorde, Seigneur, à l'âme de ta servante défunte
le repos dans le séjour de la lumière, de la fraîcheur et de la paix,
en un lieu d'où sont absents la peine, la tristesse et les gémissements;
dans ta divine bonté et ton amour pour les hommes,
pardonne-lui toutes les fautes commises en parole, en pensée, en action.
Car il n'est personne qui vive et ne pèche pas.
Toi seul, Seigneur, Tu es sans péché, ta justice est une justice éternelle
et ta parole est vérité.
Car Tu es la Résurrection, le repos et la vie de ta servante défunte,
ô Christ notre Dieu, et nous te rendons gloire,ainsi qu'à ton Père éternel
et à ton très-saint, bon et vivifiant Esprit,
maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
Cette mention d'un "lieu de fraîcheur" peut sembler une peu curieuse sous nos latitudes. Sauf justement lorsque nos températures se rapprochent de celles du Moyen-Orient d'où provient cette prière et où, justement, la fraîcheur est une denrée rare, précieuse.
 

[1] On me pardonnera d'avoir mis expressément cette prière pour "une servante". Je garde par devers moi le nom de cette personne.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article