Le manche

Publié le par Albocicade

Une maison au fond des bois, c'est bien, vraiment.

Regarder les écureuils se pourchasser de branche en branche, les geais se goinfrer de maigres griottes, les merles se poser avant que de repartir illico, tout ça en avalant vite fait le café du matin1… ça fait du bien.

Mais les bois… il faut entretenir. Des arbres meurent, d'autres gênent. Alors j'ai ressorti mon vieux matériel : tronçonneuses, masse et coins, merlin et hachettes…

Mais bon, ça faisait longtemps… les gestes se nouent d'imprécision, et l'autre jour – il y a plusieurs semaines, en fait – j'ai cassé le manche de ma hachette.

Une belle hachette, en vrai ; fine, légère, agréable, efficace. Je ne sais plus d'où je la tenais, un cadeau sans doute. Et là, manche brisé, inutilisable.

J'ai tergiversé : pas envie de renoncer à l'outil, pas certain de trouver un manche adapté… Et puis, une idée : si je le fabriquais, ce manche ?

Prenant une barre de frêne, j'y allais du rabot, longuement, copieusement, emmanchant et démanchant le fer régulièrement, jusqu'à arriver à la forme idoine.

Pourquoi parler de cela aujourd'hui ?

A cause d'un truc tout bête : je n'avais jusqu'à ce jour jamais utilisé le rabot.

Je m'y étais essayé jadis, ado, mais n'avais jamais réussi à régler cette fichue lame correctement.

Et là, des décennies plus tard, prenant sur une étagère un vieux rabot ayant appartenu au propriétaire précédant, je trouvai quasi-instinctivement le bon geste.

Comme quoi, ce n'est pas parce qu'on n'a pas réussi une chose une fois qu'on ne la réussira jamais…

 

Petite note :

1C'est moi qui avale le café, pas le merle...

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lamour 16/06/2020 10:27

ça me plait bien !