Où l'on reparle de cynocéphale

Publié le par Albocicade

De nationalité russe, il s'appelle Adrian Evtitchiev. Et, en ce XIXe siècle finissant, c'est un véritable phénomène de foire. Tout comme son fils, Fiodor, d'ailleurs

En cause, leur "tête de chien".

Comme le décrit Jacques Bertillon1 "Les longs poils qui couvrent tout son visage sont d’un blond assez sale. Relevés sur le front pour ne pas gêner la vue, ils tombent du nez, des tempes, des joues, et surtout de l’intérieur des conduits auditifs, en longues mèches soyeuses d’une longueur de 7 à 8 centimètres qui donnent à leur porteur la physionomie d’un chien griffon."

Un cas "banal" d'hypertrychose.

Peut-être comme pour St Christophe...

Mais en cette époque de scientisme effréné, on s'emploie à décrire, à faire des hypothèses, à expliquer : Adrian et son fils sont des objets de curiosité. Des sortes de brutes sauvages, à peine humaines, ou si peu.

Des êtres frustres, tellement inférieurs que l'on peut tout oser.

Et ce brave Dr Bertillon, qui juge qu'Adrian est doué "d’une intelligence moins que rustique" (mais comme il l'écrit plus haut "son intelligence obtuse, ainsi que doit l’être d’ailleurs celle de tout paysan russe") ne manque pas de tiquer sur la piété du pauvre moujik : en effet, Adrian met des sous de côté pour que, de retour au pays, il puisse faire célébrer des panikhides lorsqu'il aura rendu son âme au Créateur. Or, il y a là quelque chose qui chiffonne le bon savant : non pas qu'Adrian soit pieux, mais plutôt son manque de sens de l'esthétique : ne voila-t-il pas qu'Adrian "tient, paraît-il, à porter son affreux visage en paradis."

Allez, va Adrian, peut-être en arrivant as-tu été accueilli par St Christophe à la porte du Ciel !

 

A défaut d'un article wikipedia sur Adrian, il y a celui sur son fils, Fiodor.

Et, bien sûr, je vous laisse le lien vers le texte de Bertillon (qui appelle le père Andrian, je ne sais pourquoi).

 

 

1Le frère du célèbre criminologue Alphonse Bertillon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article