Optina Poustine

Publié le par Albocicade

C'était il y a bien des années, dans la petite paroisse russe de banlieue parisienne où nous allions. Petit à petit, le slavon laissait la place au français dans la liturgie. Le chœur alternait les "Seigneur prend pitié !" avec les "Gospodi pomilouï" et même les "Kyrié éléisson" (de sorte qu'Alexandre Sergiévitch le marguillier regardait tout autour de lui, les yeux écarquillés, l'air de dire "Mais où sont les grecs ?"). De temps à autre, tel tropaire célèbre, telle hymne bien connue revenait spontanément dans la langue ancienne. Ambiance de transition dans la continuité, de passage dans la permanence de la foi.
C'est là que je l'ai vue pour la première fois. En français. La "Prière des derniers starets d'Optino" du nom de ce monastère russe célèbre, devenu par la suite (et par le mauvais vouloir des autorités soviétiques)  exploitation agricole, puis musée, puis camps de prisonniers…
Cette prière est une sorte d'abandon volontaire à Dieu, au-delà de notre compréhension immédiate,  un pari de la foi dans la miséricorde divine.
Elle m'a accompagné durant des années, puis s'est peu à peu estompée de mon quotidien, jusqu'à n'être plus qu'un souvenir. Souvenir certes plaisant, agréable, mais souvenir quand même.
Et là, je l'ai revue, copiée sur une feuille discrètement punaisée à côté de la petite fenêtre de l'église, derrière le comptoir des cierges.

Seigneur,

accorde-moi d'accueillir dans la paix de l'âme,

tout ce que m'apportera le jour qui vient.

Accorde-moi de m'abandonner entièrement à Ta Sainte Volonté.

A chaque heure de ce jour, instruis-moi et soutiens-moi.

Quelles que soient les nouvelles que j'apprendrai au cours de la journée,

enseigne-moi à les recevoir avec une âme paisible

et la ferme assurance que sur toute chose règne Ta Sainte Volonté.

Dirige mes pensées et mes sentiments

dans toutes mes paroles et dans chacun de mes actes.

Accorde-moi de ne jamais oublier que chaque événement inattendu

nous vient de Toi.

Apprends-moi à agir avec chaque membre de ma famille

avec droiture et sagesse, sans jamais troubler ni  peiner personne.

Seigneur, accorde-moi la force de supporter la fatigue du jour qui vient

et d'accepter toute chose qui m'attend durant la journée.

Dirige ma volonté,

 et apprends-moi à prier, à croire, à espérer et à acquérir la patience.

Apprends-moi à pardonner et à aimer.

Du coup, je l'ai copié dans le "bloc note" de mon téléphone... Histoire que, de "souvenir" elle redevienne nourrissement dans mon petit quotidien. 

 

NB : L'icône provient d'une page du blog "orthodoxologie", donnant quelques apophtegmes des Starets d'Optino

Publié dans Cigale en prière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fouquet 22/07/2019 22:37

merci de tes messages réguliers
merci aussi des echos de santé de votre fille.....et de tout ce que vous avez vécu et que vous continuer a vivre.......en communion avec vous par la priere .....meme si n´ai pas donné de réponse a ces nouvelles...si Deus quiser le 3 aout je dois aller a la houssaye et le 4 je penses passer par paris et passer par cette eglise orthodoxe de la sainte trinité .....dans la crypte ou cést français....c´est mon projet et je serais en communion avec vous tous....um grande abraço jean marie