Pentecôte 2019

Publié le par Albocicade

 

Un vieil immeuble d'habitation... C'est manifestement là.
Je pénètre dans un long corridor sombre au bout duquel il me faut emprunter un escalier étroit et bas de plafond pour descendre jusqu'à une pauvre arrière cour close de murs lépreux.
De bulbe rutilant, point ; pas plus, d'ailleurs que de bâtiment à l'architecture évoquant une église. Et même, à tout dire, pas de bâtiment dans cette cour. Juste, sur un des côtés de la cour, une porte vitrée d'opaque qui laisse entr'apercevoir quelques vacillantes lueurs de cierges. Je pousse la porte, descend encore trois ou quatre marches et me voici non dans une cave (pourtant, c'en est bien une !) mais dans une église aux murs fresqués des épisodes de la vie du Sauveur, aux piliers croulant sous les icônes.
Le prêtre, là-bas, tout au fond, confesse. La liturgie devrait déjà être commencée, mais qu'importe : la liturgie est une parenthèse d'éternité... on n'est pas à cinq minutes près ! Avec une bonne heure de retard sur l'horaire (mais est-ce important ?) l'office commence, tout de slavon et d'encens.
Je peux suivre tant bien que mal, des bribes anciennes de plusieurs décennies me revenant en mémoire. Je me laisse porter.
Lecture de l'Evangile en slavon puis en français, homélie en français... Je devrais déjà être à l'hôpital... Vient la communion : qui a bien pu prétendre que nous sommes dans une cave ? Nulle cathédrale n'est plus spacieuse, nulle colline plus lumineuse...
Je m'esquive après la bénédiction, emportant du pain béni, tandis que le prêtre débute les Vêpres de l'agenouillement.
Lorsque j'arrive à l'hôpital, les repas n'ont pas encore été distribués

....
Au fait, je vous avais parlé, l'an passé, de l'icône de la Pentecôte. En voici encore un exemple – avec, parmi les peuples à qui les Apôtres doivent annoncer l'Evangile, mes chers cynocéphales – qui provient d'un recueil de peintures sur papier du XVIe siècle illustrant la vie de Jésus, avec légendes en syriaque et en arménien
Le manuscrit complet, conservé à la Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits est consultable par internet.

 

Belle après-fête de la Pentecôte à tous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article