Le cochon

Publié le par Albocicade

En plein carême, parler de cochonnailles, de jambons, pâtés, charcuterie, et autres rôtis… je dois être un peu cintré.

Pourtant…

Pause méridienne : une petite demi-heure pour casser la croûte avant de reprendre le labeur.

Chacun mange selon ses habitudes : l'un avec son plat cuisiné avec amour par sa Dame, l'autre avec ses légumes marmités, un autre avec sa charcuterie industrielle... Ah, il y en a un qui n'a rien : il a fini sa journée, mais s'attarde histoire de parler de sa religion : le foot. Enfin, une de ses religions, parce que là, il embraye sur le porc, et le fait qu'on ne peut pas trouver de bonbons sans gélatine de porc. Il espère un soutien scandalisé contre cette honteuse discrimination, mais n'obtient qu'une morne indifférence. Il continue, sur le porc : lui, il n'en mange pas, c'est normal, il est musulman. Et d'ailleurs, les chrétiens non plus ne devraient pas en manger : c'est écrit dans la Bible. Je feins l'intérêt. Il s'échauffe : c'est un commandement qui a été donné en même temps aux chrétiens et aux musulmans : le porc est un animal impur et sale ! Mais les chrétiens en mangent parce que c'est une viande pas chère…

Je le laisse pérore tout seul, lâchant un laconique "Si tu le dis…" à quoi il répond "Ce n'est pas moi qui le dis, c'est écrit dans la Bible…"

Je ne réponds pas.

Aurai-je du relever ? Honnêtement, je ne crois pas : pour entrer dans une discussion, il faut un minimum de temps, et je suppose que j'aurais l'occasion une autre fois.

 

En attendant, je dois dire que son intervention ne m'a pas laissé indifférent.

Tout d'abord, à cause de cette critique frontale des chrétiens qui est symptomatique d'une forme de complexe de supériorité de nombreux musulmans : alors que personne ne lui demandait rien, il n'hésite pas à dire en substance que "les chrétiens ne respectent pas leur religion, qui a été donnée par Dieu, parce que ça leur coûte moins cher". Autre manière de dire que les chrétiens sont des mécréants.

Pourtant, qu'en est-il de ses affirmations ? Le porc a-t-il été interdit en même temps aux chrétiens et aux musulmans ? Bon, pour le "en même temps", on repassera : le fondateur de l'islam est mort quelques six cents ans après la Résurrection du Sauveur…

Soit, mais qu'en est-il du porc ?

Dans l'islam, la chose est claire : sauf cas d'extrême dénuement, la viande de porc est interdite, comme on peut le lire dans la Sourate 2.173[1]

"Certes, Il vous est interdit la chair d'une bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu'Allah. Il n'y a pas de péché sur celui qui est contraint sans toutefois abuser ni transgresser, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux."

Dont acte.

Mais pour les chrétiens ?

C'est en vain que l'on chercherait un tel interdit dans le Nouveau Testament. Il faut donc se tourner vers l'Ancien Testament, et la Loi de Moïse. Mais ce que l'on y trouve ne correspond pas non plus à ce que notre bavard annonce : rien qui dise que le porc est une viande "sale".

D'ailleurs, les règles alimentaires édictées par Moïse[2] sont loin de faire une fixation obsessionnelle sur le porc. Pour faire simple, au niveau des mammifères, sont considérés comme "purs" les ruminants au sabot bifide. Tous les autres, qu'il s'agisse des carnivores, des omnivores, des herbivores non-ruminants (comme le cheval ou l'âne), ou les ruminants n'ayant pas le sabot bifide (comme les camélidés, qui ont un pied et non un sabot  bifide) sont "impurs", interdits. Donc, le porc, qui n'est pas un ruminant n'est pas licite – selon la Loi de Moïse – à la consommation.

Mais, est-ce que cela concerne les chrétiens ? Sommes-nous soumis aux règles alimentaires édictées par Moïse ?

Jésus lui-même – tout en respectant scrupuleusement les règles alimentaires du Judaïsme – affirme[3] que "Il n'est hors de l'homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l'homme, c'est ce qui le souille", ce qu'il précise "Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller? Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments. Il dit encore: Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme. Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie. Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme."

Ce que l'apôtre Paul résumera par ces mots :

"Le Royaume de Dieu n’est pas une affaire de nourriture et de boisson ;

il consiste en la justice, la paix et la joie que donne le Saint-Esprit."

 

Or, lorsque l'Eglise se mit à compter des chrétiens originaires du paganisme, et non plus seulement du judaïsme, ces principes ont été officiellement concrétisés en règles par les Apôtres réunis en concile de la manière suivante :

"Il a paru bon au Saint-Esprit et à nous de ne vous imposer d'autre charge que ce qui est nécessaire, à savoir, de vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l'impudicité, choses contre lesquelles vous vous trouverez bien de vous tenir en garde."

Ainsi, on le voit, les règles alimentaires imposées par Moïse concernant les espèces "pures" et "impures" n'apparaissent pas dans ces consignes.[4]

Au point que l'Apôtre n'hésite pas à écrire à des chrétiens de la ville grecque de Corinthe, concernant les viandes :

"Mangez de tout ce qui se trouve à l'étal du boucher"[5],

Bon, manger de la viande n'est pas non plus obligatoire, et le porc ne fait pas exception : on peut, pour diverses raison, n'en pas manger du tout (je connais pas mal de moines qui pratiquent ce régime alimentaire) et personnellement, je rechignerais à l'idée de déguster un civet de chien ou de serpent. Culturellement, cela me heurterait.

Mais une chose est certaine, il n'y a pas de tabou spécifique de la viande de porc, n'en déplaise à certains.

Bon, ce n'est pas tout, ça…

Bonne continuation de Carême !

Notes : 

[1] L'interdit se retrouve en Coran 5.3

[2] On les trouvera sans difficulté en Lévitique 11 et Deutéronome 14.

[3] Evangile de Marc 7.15-23

[4] On notera aussi que la vision de l'Apôtre Pierre, qui cvise à intégrer le spaïens dans l'Eglise, a pour contexte la cashrout alimentaire… Actes des Apôtres 10.1-29    

[5] 1 Corinthiens 10.25. Rappelons que les "non-juifs" (goïm, païens) élevaient des porcs, et que ce n'était pas pour faire joli. Cf Marc 5.11 ; Luc 15.15-16

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel FABRE 15/04/2019 17:33

petite erreur quand vous écrivez : ...."Bon, pour le "en même temps", on repassera : le fondateur de l'islam est mort quelques six ans après la Résurrection du Sauveur…" ce serait 6 cents ans ! n'est-il pas ??

Albocicade 15/04/2019 18:37

Hélas oui, cher Daniel... j'ai écrit trop précipitamment, et vous n'êtes pas le seul à me l'avoir signalé. Effectivement, Mahomet est mort en 632. La phrase est maintenant corrigée... Merci pour votre vigilance.