Te Deum

Publié le par Albocicade

De nouveau, à l'hôpital, je vois la blessée dans son lit. Allongée, immobile.

- Ça va ?

- Oui, ça va.

- Pas trop mal ?

- Quatre ou cinq, sur une échelle de dix... c'est supportable.

C'est vrai que, pour elle qui a explosé tous les compteurs en matière de douleur, "c'est supportable" est une phrase qui a du sens.

Elle a passé quatre heures au bloc opératoire, pour que lui soit retiré tout le matériel qui avait été placé il y a neuf mois en consolidation le long de sa colonne vertébrale (mais qui présentait un risque non négligeable de lésion de la moelle épinière, du fait d'un positionnement trop "central" de certaines vis).

- L'opération s'est bien passée ?

- Je crois, oui.

Elle sourit, puis change de position en pliant ses jambes. Oui, l'opération s'est bien passée.

Oh, elle n'est pas encore au bout de ses peines, au bout de sa rééducation. Mais elle est entrée dans cet hôpital il y a deux jours en marchant, elle en ressortira en marchant. C'est déjà énorme.

Et si nous sommes tous fatigués, épuisés par les mois passés ; au fond de la fatigue, discrètement, sans ostentation, s'élève la reconnaissance d'un Te Deum...

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article