Ils sont bêtes ? !

Publié le par Albocicade

 

Depuis toujours, sa maman voulait aller en Roumanie. Pourquoi ? Elle ne le sait pas. Et puis, de toutes façon, c'était impossible : la Roumanie était une dictature communiste, un endroit inaccessible.

Et puis, un jour c'est devenu possible. Le dictateur roumain Ceausescu était mort, le régime s'était effondré, les frontières s'étaient ouvertes, alors, sa maman y est allée. Sans doute y sont-ils tous allé, en famille... elle ne me l'a pas dit.

Mais sa maman y est allée, et elle aussi y était, avec elle.

Elle était petite, une dizaine d'année, et les souvenirs de ce bref voyage sont flous, incertains. Quand je lui ai demandé si elle avait vu les églises de Moldavie, elle a eu l'air perdue. Alors j'ai précisé : des églises entièrement fresquées à l'extérieur. Et oui, effectivement, elle s'en souvenait.

Mais son souvenir vraiment important, ce sont les bancs.

Ça oui, ça l'avait frappé, les bancs dans la rue. Tellement ras-du-sol ! Elle n'était pas grande, c'est vrai, mais alors les bancs des roumains ! Elle les avait regardé de près, elle avait voulu s'asseoir dessus mais vraiment, non, ils étaient trop petits, trop bas.

Et la conclusion qui s'imposait dans sa tête de petite fille était sans appel : "Ils sont bêtes, ces roumains !"

Il en aura fallu des années pour qu'un jour, elle comprenne son erreur : 20 ou 25 cm de neige sur les trottoirs. Alors oui, les bancs pouvaient bien sembler 20 ou 25 cm trop bas.

 

C'est curieux, mais lorsqu'elle m'a raconté cette anecdote, comme ça, en passant, c'est surtout le processus logique qui m'a frappé. Parce qu'au final, nous raisonnons tous exactement de la même manière : nous observons avec sincérité, réfléchissons avec honnêteté, déduisons avec logique... et parfois nous trompons avec une bonne foi désarmante dans nos conclusions, quitte même à porter un jugement dépréciatifs totalement infondé.

Bon, à dix ans, ça reste acceptable, non ?

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article