Le syndrome de l'escargot

Publié le par Albocicade

Doucement, lentement, l'escargot pointe le nez[1] hors de sa coquille. Un nez discret, à vrai dire, hésitant. Le gastéropode est timide. Avec incertitude, il déploie un tentacule craintif, fait apparaître un oeil au sommet, le rentre immédiatement, le ressort tout en faisant monter les autres...

Ce qu'il est lent, l'animal !

L'enfant s'impatiente. Il veut voir la "cagouille" sortir ses "cornes", avance la main, effleure la coquille. La bestiole se fige, rentre un peu ses tentacules, les ressort un peu.

L'enfant en est sûr : il faut aider la "cagouille". Il saisit une "corne", la pince pour la tirer.

Dans un hurlement silencieux, le petit "pied à cou lisse" se recroqueville immédiatement dans l'abri de son rempart. Il a beau savoir que, à quelques centimètres seulement, se trouve une magnifique feuille de salade, et il a faim, le bougre – très faim même... pour un peu, le gastéropode aurait "l'estomac dans le talon"[2] – il ne bougera plus, tétanisé, traumatisé. Le gamin, quoique mû – selon lui – par de bonnes intentions, n'aura au final que retardé un peu plus le moment qu'il souhaitait faire advenir.

Est-ce que je suis vraiment en train de parler d'escargot ? Je n'en suis pas sûr : la bestiole n'est qu'un prétexte.

Je pense à ces personnes accablée d'un mal sournois, dépression profonde, crise de panique, de vertige qui voudraient bien mais... et qui font ce qu'ils peuvent pour avancer quand même, pour dépasser leur indépassable.

Je pense aussi à ces autres personnes bien intentionnées qui – persuadées que c'est pourtant simple, qu'il faut les secouer un peu – se font un devoir de leur donner l'impulsion nécessaire, comme ça, en passant. Las ! Ils ne font que titiller l'oeil de l'escargot : on ne guérit pas d'une jambe brisée par une simple décision... et l'âme humaine n'est pas moins fragile qu'un os.

Alors oui, il y a des soins adaptés pour soigner une jambe brisée, des choses à faire et d'autres à éviter (par exemple donner de petits coups sur ladite jambe au prétexte de la "fortifier" !) mais il faut surtout du temps, de la patience. Comme pour les soins de l'âme...

Notes

[1] Bon, d'accord, l'escargot n'a pas de nez... mais ce n'est pas ma faute.

[2] Qu'on me pardonne ce mauvais jeu de mot, puisque l'estomac de l'escargot est caché à l'abri de sa coquille !

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article