Philoxénie d'Abraham

Publié le par Albocicade

C'est sous cette expression barbare que l'on désigne un passage bien connu de la Bible, le chapitre 18 de la Genèse, qui rapporte l'Hospitalité d'Abraham, comment il accueillit trois étrangers de passage, ces invités impromptus étant une"visite" de Dieu.
Mais qui sont-ils, ces hôtes mystérieux, en fait ? Certainement pas de simples voyageurs égarés : comment auraient-ils annoncé à Sara qu'elle enfanterait l'année suivante ? D'ailleurs, l'un des visiteurs est explicitement désigné comme... le Seigneur. Alors ?
Alors, les interprétations de ce passage ont été multiples.
Bien sûr, dans le judaïsme, on n'y pouvait voir que trois anges, même si cet "ange" qui était en même temps le Seigneur posait quelques problèmes d'interprétation. Continuateurs du judaïsme, les premiers auteurs chrétiens virent pourtant rapidement dans ce troisième "ange" le Christ lui-même. Rien d'étonnant à ce qu'il se présente comme un ange, puisque dans le Livre d'Esaïe[1], il est appelé "Ange du Grand Conseil". C'est donc le Christ, accompagné de deux anges.[2]
Deux anges ? Certains auteurs, faisant un parallèle avec la Transfiguration, y ont même vu Elie et Moïse entourant le Christ.[3]
Mais peu à peu, c'est une autre lecture qui s'impose : quoiqu'il y ait bien trois "voyageurs", Abraham s'adresse à eux au singulier, reconnaissant leur unité fondamentale : accueillant les anges, il reçoit la Trinité.[4]
Sur le plan iconographique, ce passage a connu une grande fortune. Depuis les catacombes de Rome jusqu'aux icônes russes, le thème a été décliné des milliers de fois[5]. Si certaines abondent en détails, avec la Tente (ou la maison) d'Abraham, Sara préparant les pains, l'abattage du veau, les chênes de Mambré et la montagne du désert, d'autres ne gardent que le strict minimum : les trois visiteurs. Le strict essentiel, aussi, puisque ces icônes – dont la plus connue est celle d'Andrei Rublev – reçoivent comme titre "la Trinité", selon la décision du "Concile des Cent-Chapitres.[6]
 
Ah, au fait, le terme "philoxénie" (Φιλοξενία) désigne l'amitié, l'accueil des étrangers... on est loin de la xénophobie !
 
Notes (nombreuses !)
 

[1] Esaïe 9.5, dans la traduction des Septante, celle que lisaient les Pères.
[2] Pour cette première période, on consultera le résumé des cours de Mme Marie-Odile Boulnois "Histoire des interprétations de la théophanie de Mambré : exégèse, théologie et iconographie", en fin de document. Voir par exemple la mosaïque de Ste Marie Majeure, ou le "Psautier de St Louis"
[3] Voir par exemple, sur cette "Bible des pauvres", la mise en parallèle entre l'Hospitalité d'Abraham, les Trois jeunes gens dans la fournaise du Livre de Daniel et la Transfiguration.
[4] Pour cette seconde période, on consultera le résumé des cours de Mme Marie-Odile Boulnois "Histoire des interprétations de la théophanie de Mambré (suite)" en fin de document aussi.
[5] On trouvera sur cette page (il faut descendre un peu) divers exemples.
[6] Concile des Cent Chapitres, ou "Stoglav", Chap 41, question 1 (p 107 de l'édition de Duschêne)

Commenter cet article