D'un Théodore à l'autre.

Publié le par Albocicade

Tous ceux qui ont lu le "Traité sur la vénération des icônes" de Théodore Abu Qurrah se souviennent qu'à un moment, Théodore rappelle la conversion au Christ du musulman Ruwah al-Quraishi, qui reçut au baptême le nom d'Antoine, parce qu'il avait vu un miracle opéré autour de l'image de saint Théodore le Martyr. [1]
J'ai donc cherché à en savoir plus sur cet Antoine, qui fut exécuté sur ordre du calife Haroun al-Rachid. Il existe une traduction qui circule en français sur le net, malheureusement, elle est assez fautive. Au vrai, le texte arabe en a été traduit en italien, de là en russe et de là en français. Une sorte de billard à quatre bandes dans lequel ne nom même du martyr a été déformé (en l'occurrence par le traducteur russe)[2]...
Aussi, je devrais pouvoir vous fournir une traduction nettement plus sûre d'ici quelques temps.
Mais c'est la personne du "Martyr Théodore" qui retient aujourd'hui mon attention : si "Théodore Tiron"   ce soldat chrétien qui fut mis à mort parce que non content de refuser de sacrifier aux dieux de l'Empire romain, il avait mis le feu au Temple de Cybèle à Amasée   est bien connu par une "Vie" semi légendaire, il a pourtant bel et bien existé, comme en atteste une homélie que St Grégoire de Nysse, et que l'on peut lire...
Ah, ben non, on ne peut pas la lire. Enfin, c'est très compliqué, car elle n'a pas été retraduite ni rééditée depuis des siècles.
C'est donc cet "Eloge du martyr Théodore par St Grégoire de Nysse" que je suis allé dénicher dans une traduction tricentenaire dont il m'a fallu moderniser la langue et que j'ai rendu accessible sur Academia.
Notes :
[1] Ceci se trouve au chapitre 16 du Traité dont la traduction française est accessible ici.
[2] Cette série de traductions successives est un bel exemple de la manière dont un texte peut "évoluer" en dehors de tout contrôle. C'est aussi le cas pour certaines "Vies de saints" qui s'enrichissent de détails aussi merveilleux que suspects au gré des siècles. Il me faudra y revenir, un de ces jours.

Commenter cet article