Ascension 2017

Publié le par Albocicade

De liturgie, non point, pour ce Jeudi de l'Ascension, mais une authentique ascension d'une montagnette : j'ai pu aller voir Dame ma Mère, et puisque son programme pour ce jour était une randonnée avec son groupe de marcheur, je me suis joint à la grimpée.
Au vrai, ces marcheurs, je les connais presque tous, et tous sont bien sympathiques. Pourtant je suis toujours étonné : est-ce la force de l'indifférence, la prégnance de l'agnosticisme sociétal ?
Toute tentative, pourtant bien discrète, de faire un lien entre cette "ascension" et la fête du jour semble se perdre dans un puits sans fond. Comme si la vie et la foi étaient – pour eux – dans deux compartiments totalement étanches l'un à l'autre, et d'ailleurs dont ils n'auraient pas la clef... enfin pour celui de la foi.
D'ailleurs, c'est un peu ça, ont-ils la "clef" ? Ainsi, quand je pense à Brassens, il avait beau se définir comme "non croyant", il avait une culture chrétienne non négligeable, et certains de ses textes sont même de sacrés commentaires des Evangiles*. Or ce qui semble caractériser "mes" marcheurs, c'est justement un immense manque de cette culture chrétienne, doublé d'une absence absolue d'intérêt, voire même de curiosité à ce sujet.
Alors, j'ai gardé pour moi mes réflexions sur l'Ascension du Sauveur, j'ai aussi gardé pour moi ce qui a fait ma surprise quand – arrivant au sommet – j'ai vu ces "bories" : quoique ce ne soit pas de saison, j'y ai perçu comme une allusion possible à la Transfiguration du Christ, et au "tentes" que l'apôtre Pierre aurait voulu dresser... abris précaires.
Mais comment partager cela ?

Note :
* Par exemple, la chanson "L'épave" – sous des dehors quelques peu déroutants – comporte de très nettes références à la conversion de St Paul... et c'est loin d'être le seul exemple !
 
PS : j'ai finalement pu ajouter une photo que j'ai prise : avec la lumière qui vient d'En Haut... même si personne n'y prend garde.
 

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article