Le portrait

Publié le par Albocicade

 
Un ami m'ayant demandé de venir jeter un oeil à un plafond de sa maison, pour déterminer l'origine de curieuse taches sur le lambris, je me présentais  chez lui, muni d'une petite caisse à outils.
Montant l'escalier qui mène à l'étage, je me trouve nez-à-vitre avec – en une photographie[1] grand format – un visage jovial.
"Ah, ce bon vieux Marcel !"
Mon ami s'étonne. "Tu le connais ? Pour ma part, je ne sais pas qui c'est, mais son visage, son regard, me parle..."
Si je le connais... Nous étions "voisins" d'en face... du moins, deux montages nous séparaient. Il avait habité aux "Granges", et moi aux "Grangiers"... deux fermes isolées dans la montagne.
J'avais entendu parler de lui, comme d'un "penseur chrétien", agrégé de mathématiques devenu volontairement paysan. J'avais même lu un article ou deux de lui, comme ça, en passant. Et puis, un jour[2], dans un car, je me suis retrouvé assis à côté de lui. Une petite heure de route à échanger, lui vieillard moi jeunot.
Alors oui, d'une certaine manière, je l'avais connu. A ma façon. Et voir son visage me réjouissait.
J'expliquai cela tout en examinant le plafond puis la toiture (une infiltration d'eau de pluie était à l'origine des dégâts, et avant toute chose, il allait falloir étanchéifier autours d'une cheminée et remettre quelques tuiles en place).
Repartant à pied, je réfléchissais à cette rencontre qui – quoique fugace – avait sans aucun doute été importante pour moi.
Je dois avoir un ou deux bouquins de lui que je n'ai jamais vraiment lu... je vais peut-être tenter d'y jeter un coup d'oeil.
Mais, au fond (un peu comme pour Kierkegaard), plus que ses écrits ou ses idées, c'est le sérieux de son engagement qui m'interpelle...
Ah, lui, c'était Marcel Légaut.

[1] Ce n'est pas exactement celle que je présente (et d'ailleurs, elle était en couleur) mais je ne l'ai pas trouvée sur le net...
[2] Si je ne me trompe pas, ce devait être en 1989, alors qu'il venait de publier son "Appel" dans le journal le Monde

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article