Les panneaux

Publié le par Albocicade

 

Retour de la grande ville, loin, où la Grande Cigale vient de s'installer pour ses études.

Bien sûr, je quitte trop tôt l'autoroute, et me retrouve en pleine campagne, dans un coin que je ne connais pas.

Allons, bon ! le plus logique serait de reprendre l'autoroute et aller jusqu'à la bonne sortie, mais voila, s'égarer un peu c'est peut-être l'occasion de découvrir quelque chose... D'ailleurs, qui à dit "Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît, tu risquerais de ne pas t'égarer..." ?

Bref, je prends un peu au pif une des routes qui se présente devant moi, espérant trouver, plus loin des indications pour me remettre sur le bon chemin.

C'est comme ça que je suis tombé face aux panneaux de la photo.

Oh, je ne suis pas certain que les employés de la voirie qui les ont installé en auront saisi tout le sens, toute la saveur, mais pour moi, j'ai trouvé cet assemblage tout à fait pertinent.

Déjà, des noms de communes comme "St Sauveur", ça me met le coeur en fête.

Les gens n'y sont sans doute pas plus chrétiens qu'ailleurs, mais c'est quand même un témoignage de la foi de ceux qui ont bâti le village, un témoignage qui interpelle.

Mais... les panneaux en dessous ?

Hé bien, ils m'ont bien plu, les panneaux en dessous.

En effet, ce Jésus-Christ, ce Saint Sauveur* auquel il est fait référence, n'est-il pas Celui auprès de qui nous pouvons venir avec tout ce qui nous encombre, tout ce qui doit être jeté ?

Et après avoir déversé tous nos "déchets" au pied de la Croix, encore faut-il être nettoyé, purifié.

Enfin, le panneau suivant nous indique que là, nous pouvons être nourris, reprendre des forces.

Si quelqu'un s'avisait d'interpréter ces trois panneaux "Déchetterie", "Station d'épuration" et "Restaurant" comme désignant le Repentir, le Baptême et la Communion... je ne saurais le lui reprocher.

 

Enfin, tout en bas, il y a encore un panneau indiquant une "industrie". Qu'est-ce à dire ?

Simplement que si nous croyons au Sauveur, si nous sommes dans l'Eglise, ce n'est pas pour nous y comporter comme des vacanciers, mais bien pour servir. Car c'est bien ainsi que nous sommes désignés depuis notre baptême : le "serviteur de Dieu untel", la "servante de Dieu unetelle"... et sans doute nous faut-il être industrieux au service de notre Dieu

 

Bonne, sainte et bénie

nouvelle année liturgique !

Note :

* D'autant que le nom de cette commune fait précisémment référence au Christ, et non à tel ou tel saint du nom de "Sôtir" ou "Salvator", ce qui signifie "sauveur" en grec ou latin (il y en a). En effet, une légende, transmise de génération en génération, rapporte que des bateliers en perdition sur la rivière en crue, auraient fait le vœu, s'ils étaient sauvés, d'édifier une chapelle là où ils accosteraient. Le courant les dirigea contre la rive droite du torrent, et purent ainsi échapper au naufrage. Ils firent donc construire en ce lieu une chapelle qu'ils dédièrent au Sauveur....

 

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article