Encombrement

Publié le par Albocicade

A mon poste de travail, les interlocuteurs d'un instant défilent en rang nettement moins serré que durant l'été. Du coup – à défaut d'ordinateur personnel – j'ai emmené avec moi quelques bricoles à étudier durant les fragments d'instants laissés en suspend par mon activité.

Sauf que la place est retreinte, et qu'ajouter à mon fatras habituel les feuilles que je couvre d'une écriture sommaire, les colonnes gréco-latines de Migne et la traduction américaine du texte sur lequel je travaille, plus bien sûr un petit dictionnaire... ça finit par faire beaucoup.

Et pour tout dire, les documents se chevauchent lamentablement et je dois jongler de l'un à l'autre pour m'y retrouver.

Dans un instant de lucidité, je regarde ce spectacle désolant, et de quelque recoin obscur de mon cerveau monte cette pensée qu'un bureau encombré est le signe d'un esprit encombré.

Me voila bien avec ça ! C'est sans doute vrai, mais pas très encourageant.

Quoique...

La pensée qui suit est différente. C'est une pensée rigolarde, un truc que j'ai lu récemment, un truc attribué à Einstein :

"Si un bureau encombré

est le signe d'un cerveau encombré,

que penser d'un bureau vide ?"

Finalement, ça aurait pu être pire !

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article