Noël 2014

Publié le par Albocicade

A quelques jours de Noël, j'ouvre, presque par désoeuvrement, un vieux bouquin poussiéreux qui traîne sur une de mes étagères depuis des années.

Le genre de livre que l'on n'ouvre en général que lorsqu'il s'agit d'étudier le texte biblique : un commentaire* exégétique de l'épître aux Galates.

Pas récent, en plus : début XIXe siècle.

Bref, je l'ouvre, et dès la deuxième page de la préface…

 

En plus du témoignage permanent que Dieu nous donne de sa puissance, de sa bonté et de ses perfections infinies dans le spectacle sublime de la création, cet Éducateur paternel a déployé autour de ses enfants la vertu d'une parole plus saisissante, d'un langage plus direct, plus humain, d'une sollicitude et d'un amour plus profondément incisifs.

Son adorable sagesse a jalonné la route de l'humanité et la pente des siècles, de législateurs, de rois, de prophètes, destinés comme des échos de sa grande voix, à annoncer et à préparer l'œuvre inouï de la rédemption ; et lorsque par des enseignements et des institutions messianiques, par des promesses inspirées et par des révélations progressives, les temps ont été accomplis et la terre disposée à recevoir son Sauveur, alors le Verbe lui-même s'est manifesté.

Il a paru ce Verbe qui avait sillonné de ses feux le pèlerinage d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, qui avait foudroyé de ses éclats l'Horeb et le Sinaï, qui avait étincelé sur le fleuve Kébar, à Tékoah, et préparé la Palestine aux splendeurs du Jourdain, à la transfiguration du Thabor et à la gloire à la fois sombre et éblouissante du mont des Oliviers et du Golgotha.

Il a dressé sa tente au milieu de nous, Lui la vérité et la sainteté, la Vie et la lumière, l'amour et la rédemption en personne; et créant un nouveau monde nourri de son essence, fécondé de son amour, arrosé de sa vie, pénétré de son esprit, inondé de sa lumière et baptisé de son sang, il lui a ouvert depuis sa tombe glorifiée jusque dans le sein de son Père, la perspective des cieux, de l'éternité et du bonheur.

 

Je n'aurais pas dit mieux…

Bonne et sainte fête de la Nativité du Sauveur !

 

Référence :

Commentaire sur l'Epître de l'apôtre Paul aux Galates, précédé d'une introduction critique, par Pierre-Auguste Sardinoux, 1837

 

 

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article